Pages Menu
Categories Menu

Posted by on 7 avril 2013 in Architecture, Construction du Fort, Interviews

«Rendre le fort à la ville»

xlarge_3_isy3

L’agence Architecture Studio est l’architecte principal du Fort d’Issy : en 2000 avec Bouygues Immobilier, ils remportent le concours lancé à l’occasion de la cession du Fort par l’armée française. En plus du plan masse du nouveau quartier, l’agence a signé quatre des résidences du Fort : le Belvédère, Solaris et Horizon et la Villa. Une interview d’Alain Bretagnolle, architecte associé à l’agence Architecture Studio, a été publiée dans le livre « Le Fort d’Issy, un patrimoine en devenir » (deuxième trimestre 2010). Il rappelle que le projet initial était de rendre le Fort d’Issy à la ville, alors qu’il a été un terrain militaire pendant fort longtemps. J’ai agrémenté le jeu de questions / réponses par les toutes premières simulations 3D du Fort numérique.

 

Quelles sont les règles de votre projet urbain ?

Nous avons établi un cahier des charges architectural et paysager afin qu’il y ait une cohérence entre les différents bâtiments, sachant que le Belvédère est un objet autonome. Les bastions sont coordonnés par rapport aux couleurs, aux matériaux et aux alignements, puisqu’ils reprennent les contours des bastions existants. Les villas sont, en revanche, beaucoup plus libres. Nous avons imposé pour celles-ci un plan elliptique que chaque architecte pouvait réinterpréter librement.

Vous aviez gagné le concours en 2000, le projet a-t-il beaucoup évolué depuis ?

Nous avons effectivement patienté quasiment dix ans, le temps nécessaire pour que l’État cède les terrains. C’est une opération qui aboutit à la réalisation d’un des grands éco-quartiers de l’agglomération parisienne, une thématique qui vient enrichir celle du Fort numérique initiée par le maire d’Issy-les-Moulineaux, M. Santini. Le projet requalifie un patrimoine existant en lui redonnant une lisibilité urbaine, il crée un quartier vert autour d’un grand verger central, assez dense, pauvre en voitures et riche en circulations douces, il désenclave également l’ancien fort en ouvrant la place du Belvédère sur le val de Seine et la silhouette de Paris.

 

fortissy

 

Quelles sont les caractéristiques environnementales appliquées aux bâtiments ?

Tous les bâtiments suivent la norme BBC (bâtiment basse consommation énergétique). Ils ont donc une enveloppe performante et une bonne inertie thermique. Certains bâtiments bénéficient de terrasses ou de pré-façades végétalisées. Une collecte pneumatique mobile des ordures ménagères est prévue, ainsi que l’infiltration des eaux pluviales, de la géothermie profonde (800 m) pour alimenter le fort et également une partie du quartier.

Le projet s’accompagne également de la construction de programmes scolaires aux environs du fort et de petits équipements de proximité à l’intérieur: une crèche de 60 berceaux, un lieu de mémoire du fort, etc. On refait la ville sur la ville…

 

Une "passerelle domestique" - Tous les bâtiments et lieux publics seront interconnectés par un réseau local interne ou "passerelle domestique" qui permettra de réguler la température, les heures de chauffage, de commander à distance les équipements électroménagers, l'alimentation de l'eau, les systèmes de sécurité, d'alarme ou de surveillance.

Une « passerelle domestique » – Tous les bâtiments et lieux publics seront interconnectés par un réseau local interne ou « passerelle domestique » qui permettra de réguler la température, les heures de chauffage, de commander à distance les équipements électroménagers, l’alimentation de l’eau, les systèmes de sécurité, d’alarme ou de surveillance. — linternaute.com

 

Est-ce vraiment « faire la ville sur la ville » ?

Nous requalifions un élément du territoire de la ville en transformant un fort militaire pour le reconvertir en un quartier d’habitation qui s’ouvre et qui communiquera bientôt avec le reste de la ville. Ce n’est pas un condominium : le jardin des courtines, le grand verger central sont ouverts à tous ! La place du Belvédère propose un nouveau lieu de vie et d’animation, une nouvelle centralité. Nous avons également cherché à «rendre le fort à la ville» en lui donnant la visibilité urbaine qu’il avait perdue. Le fort aujourd’hui, on le cherche, on ne le voit pas. Ses murs sont relativement bas et il y a peu de perspectives visuelles permettant de l’apercevoir. C’est pourquoi nous avons proposé de conforter ses bastions en y implantant des bâtiments de logement qui suivent la géométrie des fortifications. Nous avons ensuite ouvert et contextualisé le fort sur le val de Seine, la Défense et Paris. On voit la tour Eiffel d’un côté, les coteaux de Meudon de l’autre. La place publique est généreuse, et l’on y trouve l’ensemble des commerces du fort.

 

xlarge_2_isy3

 

L’architecture militaire se trouve donc principalement par les bastions?

Au départ, le concours portait sur la réhabilitation du fort avec les cinq bastions. Mais l’un d’entre eux a disparu, l’armée ayant gardé le bastion sud pour y implanter la Direction de la gendarmerie nationale (DGGN).

Vous vous êtes associés à l’agence de paysage Méristème pour le traitement des espaces publics ?

Oui, nous travaillons toujours avec Régis Guignard depuis le concours, et il continue développer le projet, ce qui est important car l’idée initiale est d’implanter les logements dans un verger dont les arbres sont d’essences différentes sur les cinq côtés du pentagone. principe d’aménagement des sols est une prairie sauvage avec des noues de récupérationù eaux pluviales, des pruniers, des cerisiers, des pommiers…

Une sorte de paradis !

Il y a, par ailleurs, un square pour les enfants et des espaces plus informels pour les adultes. D’une manière générale, le quartier sera calme avec une circulation sur le mail limitée à 20 km/h. Nous cherchons à diminuer les nuisances afin que le cadre de vie soit le plus agréable possible.

 

Le "Verger résidentiel" - Le quartier d'habitations comprendrait 900 logements libres dont 25% de logements sociaux, et 300 logements réservés à la SNI (Société Nationale Immobilière) dont 200 pour les agents de la Gendarmerie. Ici, les maisons ont un toit en forme de souris d'ordinateur.

Le « Verger résidentiel » – Le quartier d’habitations comprendrait 900 logements libres dont 25% de logements sociaux, et 300 logements réservés à la SNI (Société Nationale Immobilière) dont 200 pour les agents de la Gendarmerie. Ici, les maisons ont un toit en forme de souris d’ordinateur. — linternaute.com

 

Les parkings sont-ils systématiquement sous les bâtiments ?

Oui, et les accès sont protégés par des pergolas végétalisées.

Comment sont occupés les rez-de-chaussée ?

Par des logements avec des jardins privatifs, répartis dans la couronne verte autour de chaque bâtiment et protégés des vues par des haies. il y a également de grands jardins au cœur des bastions.

Pouvez-vous revenir sur la charte définie dans votre projet ? Il s’agissait, entre autres, de choisir des tons, des matériaux de revêtement bien intégrés dans le contexte historique du fort?

En effet, nous avons discuté de ces principes avec les architectes des Bâtiments de France, car l’une des pointes du fort est située dans le périmètre d’un monument historique. Nous avons ainsi choisi des revêtements minéraux pour les façades des bastions. Les murs des courtines étant en pierre calcaire, l’idée est de rester dans les mêmes tons avec des couleurs en déclinaison : blanc pour le corps principal du bâtiment, beige, voire brun, pour certains éléments en deuxième plan.

Et concernant le Belvédère et les villas?

Le Belvédère a un traitement indépendant du fait de son caractère propre et de l’intégration des commerces et équipements au rez—de-chaussée. Un miroir d’eau situé dans le prolongement de la place renvoie au ciel et accompagne l’ouverture sur l’horizon. L’architecture est plus libre et plus ludique pour les bâtiments elliptiques du verger, dont l’implantation elle-même est basée sur un plan aléatoire.

 

Le "boomerang" de la cité - Un immeuble en forme de boomerang, "boudiné et cuivré" encadrera la place Belvédère

Le « boomerang » de la cité – Un immeuble en forme de boomerang, « boudiné et cuivré » encadrera la place Belvédère — linternaute.com

 

Y-a-t’il une ou plusieurs chartes ?

Plusieurs effectivement. Une charte architecturale, une autre paysagère liée au traitement des clôtures, des espaces verts et de tous les espaces publics, et une charte écologique qui définit non seulement les performances énergétiques à atteindre pour les constructions, mais aussi les principes de mobilité, d’accessibilité, de gestion des eaux pluviales et des ordures ménagères sur l’ensemble du site. Ce sont ces règles qui donnent sa cohérence au projet.

Comment sont gérés les espaces publics ?

Les espaces publics (placettes d’entrée, mail, verger, Belvédère, casemates et courtines) seront réalisés sur la base du cahier des charges agréé par la Ville, qui fixe un certain nombre d’exigences, y compris sur le mobilier urbain, les ambiances et les matériaux. Ils seront ensuite rétrocédés à la communauté urbaine GPSO qui en assurera l’entretien et la maintenance.

 

Les jardins - Le projet "HQE" du Fort Numérique. Le futur quartier à Haute Qualité Environnementale prendrait en compte les éléments naturels : soleil, vent, physiologie humaine, etc. et s'engagerait dans l'utilisation de procédés écologiques et d'énergies renouvelables

Les jardins – Le projet « HQE » du Fort Numérique. Le futur quartier à Haute Qualité Environnementale prendrait en compte les éléments naturels : soleil, vent, physiologie humaine, etc. et s’engagerait dans l’utilisation de procédés écologiques et d’énergies renouvelables — linternaute.com

 

Que pouvez-vous nous dire sur la qualité architecturale des logements?

Nous nous sommes attachés, avec nos confrères, à donner la meilleure valeur d’usage aux logements avec des jardins, des terrasses, des pièces très lumineuses, des services en ligne à l’échelle du site… pour que ce nouvel éco-quartier offre un cadre de vie très agréable aux futurs habitants du fort. Il s’agit aussi de constituer, dans la ville et à une échelle plus large, un nouveau cœur de quartier.

Propos recueillis par Carine Merlino

Nota Bene relatif au projet de du fort:

1) La réalisation du verger est conditionnée par le respect des réglementations en vigueur relativement à ta nature des, sols.
2) La mise en œuvre de la collecte pneumatique des déchets ménagers doit être réalisée par la collectivité publique.
3) La mise en place de la géothermie est conditionnée par l’obtention de toutes les autorisations administratives et par la confirmation de la faisabilité technique.

Livre « Le Fort d’Issy, un patrimoine en devenir »

Architecture Studio

L’Internaute

xlarge_4_isy3

2 Comments

  1. Merci Frédéric, j avais adoré lire l article sur Marie Odile Foucras , et maintenant celui sur architecture studio est aussi très intéressant !
    Je profite de cette rubrique spécial architectes pour signaler une petite coquille sur le blog : dans la publication du 4 Février 2011/les maîtres d œuvres et architectes du fort, l alizé est rattaché à architecture studio et solaris est absent de la liste … En réalité l architecte de l alizé est atelier architecture 2a (Paris 13eme) et l architecte de solaris est architecture studio ( les yeux se sont croisés!…et la coquille est répercutée dans cet article)
    Et justement, je cherche des infos sur l atelier d architecture 2a, j ai vu qu il y avait deux cabinets à ce nom : un à Versailles et un à Paris 13eme… Le site internet que tu mets en lien me semble rattaché à celui de Versailles, mais sans certitude. Bref, si quelqu un à des infos sur notre « atelier » du Paris 13eme ce serait top. Merci !

  2. Merci beaucoup Sirocco, j’ai corrigé toutes les coquilles.

    J’ai tenté de trouver des infos sur Architecture 2A. La pêche a été bien maigre. 🙁